slider_ouverture.jpg

« Ouvrir une voie »… L’expression est belle mais que veut-elle dire ? 

Elle trouve ses origines chez l’alpiniste qui force un nouvel itinéraire lui ouvrant les portes du sommet. Elle va ensuite se décliner en falaise ou en bloc où l’ouvreur choisit une ligne naturelle en se basant sur les prises et les mouvements. Avec l’avènement de l’escalade en salle, ouvrir consiste désormais à positionner les prises les unes après les autres pour créer un itinéraire logique et agréable à grimper. 

Loin de la nature, l’ouverture n’en perd aucunement de son charme. « Le plus important est de transmettre des émotions verticales aux grimpeurs » indique Chloé Minoret lors d’un interview qui sert de canevas à la suite de l’article. L’ouverture indoor suggère beaucoup de créativité et exploite d’avantage l’intuition que la méthode. L’ouvreur peut s’apparenter à un artiste qui dessine des mouvements par les prises et communique ses émotions aux grimpeurs.

Le texte ci-dessous présente ainsi les fondamentaux de l’ouverture pour éveiller l’apprenti ouvreurs et lui donner l’opportunité de créer. Il est particulièrement adaptée aux clubs, aux professeurs, aux propriétaires de pan et à toutes personnes désireuses de découvrir l’ouverture.

1/ Déterminer le projet d’ouverture 

Avant de se lancer dans la réalisation du projet, il convient d’en analyser les caractéristiques qui affecteront directement toutes les étapes suivantes.

·        Quel public ? scolaire/club/particulier
·        Quel type de mur ? bloc/difficulté/vitesse
·        Quel niveau ? cotations françaises du 3 au 8 dans l’ordre croissant de difficulté
·        Quel profil ? dalle, vertical, arête, dièdre, dévers, toit, plafond.

Idéalement il convient de renouveler les itinéraires au moins une fois par an. Cela nécessite donc d’organiser une séance de démontage, de nettoyage puis d’ouverture. Il y a deux manières de procéder : soit on renouvelle régulièrement section par section soit on bloque toute la structure une fois dans l’année.

2/ Comment s’équiper ?

Cela peut paraître évident mais il faut déjà des prises pour ouvrir ! Notre catalogue dispose de toutes les tailles ainsi que de toutes les préhensions. Chaque prise peut être saisie différemment et appartient à une des catégories décrites dans le schéma ci dessous :

prehensions_resize.PNG

Les volumes sont également judicieux pour créer du relief et de la variété dans l’ouverture. Notre catalogue comprend toutes les tailles, de XS à XXL.

L’ouvreur dispose de plusieurs outils et équipements qui permettent d’optimiser son ergonomie de travail, celui lui permet de diminuer l’effort et limite les mauvaises postures. Il convient d’adapter son équipement en fonction du lieu :

En bloc :

·        Visseuse à choc de 12V ou 18V pour des ouvertures intensives
·        Embouts de vissage à utiliser avec la visseuse
·        Clés 6 pans pour des ouvertures occasionnelles
·        Poches de rangement pour transporter la quincaillerie et les outils et y avoir accès facilement
·        Des vis CHC et VBA aux dimensions adaptées
·        Une échelle coulissante dont il faut rembourrer les extrémités afin de ne pas abîmer les mur ou tapis.
·        Des chaussons pour essayer les mouvements
·        Des gants et des lunettes de sécurité pour se protéger des éclats de prises

En mur à cordes :

Le même matériel que pour le bloc, auquel il faut ajouter l'équipement suivant :
·        Un seau rempli de prises que l’on hisse à l’aide d’une corde et d’une poulie bloqueur
·        Un casque dès lors qu’on travaille en hauteur, sur corde ou en nacelle.
·        Un kit de remontée sur corde : descendeur auto-freinant, baudrier, corde semi-statique, poignet jumar

3/ S’organiser avec l’ouverture :

La phase préparatoire avant l’ouverture est primordiale et décide de la suite des événements. Il faut prendre le temps de la réflexion avant de se lancer dans le concret. Elle se décline en plusieurs étapes :

1.     1- Placer les volumes en tenant compte du profil et du relief. Les volumes seront d’autant plus proéminents que le mur est déversant. Ils peuvent être disposés de manière aléatoire ou esthétique. Enfin il faut veiller à la sécurité : le grimpeur ne doit pas risquer de tomber dessus en chutant; la corde ne doit pas frotter sur le volume.

2.                                                                                                                Capture3.PNG Serie_First_Line_-_Chloe-12.jpg Serie_First_Line_-_Chloe-18.jpg

 la   2- Choisir la trame de la voie/bloc en traçant une ligne imaginaire sur le mur. La ligne peut être verticale mais il est plus plus pertinent de l’orienter en fonction du profil et des volumes. D’une manière générale, plus le mur est déversant plus l’escalade devient physique et difficile.

3.     3- Choisir les prises en fonction du niveau souhaitée. En général, plus une prise de main est crochetante et plus une prise de pied est proéminente plus l’escalade est aisée. Les voies/blocs peuvent être tracés avec des prises de même couleur ou avec un système d’étiquette de couleur. Il faut aussi songer à la taille des grimpeurs, des enfants ont besoin de petites prises avec de bonnes préhensions.

      4- Sélectionner un nombre de prises défini en fonction de l’âge du public des grimpeurs. Il faut compter 20% de prises supplémentaire pour se laisser une marge de sélection.

·        6 prises/mètre pour des enfants de 4 à 6 ans

·        4 prises/mètre pour des enfants de 6 à 12 ans (jusqu’à 1,5m)

·        2 à 3 prises/mètre pour des adultes

5.      5- Choisir un style d’effort : endurance et/ou technique et/ou physique. En fonction du style, les prises ne sont pas disposées de la même manière. Une voie endurante nécessite plus de mouvement et donc plus de prises ; une voie technique sollicite d’avantage la précision et les équilibres et nécessite des petites prises ; une voie physique compte moins de prises, elles sont éloignées et moins crochetantes.

6.      6- Mettre les vis adaptées dans chacune des prises afin de gagner en commodité lors de l’ouverture.

       7- Choisir son process d’ouverture : en échelle pour le bloc, en nacelle (la location est coûteuse et doit être réfléchi dans le budget) ou sur corde pour les murs à voie.

       8- Baliser une zone de sécurité autour du mur en interdisant aux pratiquants d'y rentrer. 

4/ Créer des mouvements

Venons en au vif du sujet : créer une voie/bloc. Il n’est pas facile de se retrouver face à un mur vierge et on est vite tenté d’équiper une échelle par facilité. Cela est contre productif d’un point de vue pédagogique. Le niveau des grimpeurs risque de stagner, en particulier dans un cadre scolaire. Pour que les grimpeurs débutant enrichissent leur bagage gestuel, il faut leur proposer des mouvements divers. Chloé Minoret affirme que « De jolis voies variées procurent du plaisir et permettent de progresser. » La qualité de l’ouverture permet donc un cercle vertueux : prendre plaisir pour progresser.

Alors comment placer les prises ?

Les grimpeurs expérimentés ont suffisamment d’acuité pour faire appel à leur bagage gestuel. Ils créent ainsi une voie/bloc par intuition en visualisant la prise et le profil.

Les ouvreurs débutant, quant à eux, sont démunis d’expérience et ne savent pas comment disposer les prises. C’est pourquoi le répertoire ci-dessous détaille tous les mouvements classiques. Il est aussi possible d’enrichir son registre gestuel en regardant des vidéos d’escalade ou en grimpant.

Une voie/bloc consiste en une suite de mouvements basiques (groupé/dégroupé, développé) ponctués de variations. Les variations sont obtenus en désaxant et en tournant les prises, elles permettent de challenger le grimpeur sur un mouvement qu’il maîtrise mal. Plus le niveau est difficile plus les mouvements vont être composés de variations afin de proposer une plus grande richesse gestuelle. C’est ce qui fera d’ailleurs la beauté de l’itinéraire. 

Mouvements de base :

Ce sont deux mouvements fondamentaux qui sont à la base de toute la gestuelle en escalade.

Developpe.jpgGroupe-degroupe.jpg

Variations de base :

Cette gestuelle est accessible aux débutants. Elle complète les mouvements de base en apportant de la diversité technique.

Changement_de_main.jpgChangement_de_pied.jpgCroise.jpg

Inversee.jpgRetablissement_.jpg

Compression.jpgDiedre.jpgDulfer.jpgEpaule.jpg

Techniques de pieds de base :

Il ne faut pas hésiter à multiplier les prises de pieds afin de rendre l’escalade moins « à bras » et plus technique. Attention aux prises de pieds qui peuvent devenir des prises de mains. Les prises de pied peuvent être exploitées de différentes manières :

Carre_externe.jpgCarre_interne.jpgPied_frontale.jpgTalon.jpg

Le dévers :

Le dévers nécessite de grimper de profil afin de garder les bras tendus et de moins se fatiguer. Cela nécessite de se placer en quart externe, en s’enroulant le plus possible sur l’épaule. L’ouverture de dévers implique donc de désaxer les prises de pieds par rapport aux mains. Si les prises de main sont à droite, les prises de pied se trouveront à gauche mais pas trop bas pour que le grimpeur reste groupé.

5/ Vérifier l’ouverture

Après avoir ouvert la voie/bloc, il faut contrôler si l’ouverture correspond bien à ce qui était prévu. Il suffit simplement de grimper dedans en évaluant les critères suivants :

·        Homogénéité : un mouvement est-il beaucoup plus dur que les autres ?
·        Niveau : la difficulté correspond-elle au niveau souhaité ?
·        Allonge : l’éloignement des prises correspond-elle à la taille souhaitée ?
·        Lisibilité : les mouvements sont-ils compréhensibles et logiques ?
·        Sécurité : Eviter les prises sous la dégaine, la corde qui frotte sur une prise/volume. Privilégier la bonne prise pour clipper, la bonne prise de fin, les préhensions ergonomique pour éviter les blessures.
·        Profil : l’inclinaison du mur est-elle adaptée au niveau ?

L’idéal est aussi de faire vérifier par quelqu’un d’autre. Si on a pas le niveau requis pour grimper la voie/bloc il est possible de faire les mouvements individuellement, sans chercher à enchaîner et en s’aidant d’une corde.

Si la voie/bloc doit être réajustée, plusieurs variables de modification sont possibles :

·        Ajouter ou enlever des prises
·        Rapprocher ou éloigner les prises
·        Augmenter ou diminuer la taille des prises
·        Corriger la préhension des prises
·        Ajuster la cotation si la voie/bloc est belle malgré tout

                                                                       romain_cabessutmarc_daviet.jpg 48389682_1699429803496455_5555041835140775936_o.jpg

6/ Introduction aux niveaux confirmés

D’une manière générale, complexifier une voie/bloc consiste à éloigner les prises, diminuer leur taille et leur surface de préhension. On peut aussi les tourner afin de leur donner une orientation plus complexe. Ces modifications obligent le grimpeur à solliciter d’avantage la force, la technique (équilibre, placement, précision), la souplesse et l’endurance. Voilà quelques mouvements non exhaustifs qui sont réservés aux niveaux confirmés : Lolotte / Drapeaux / Pied-main / Le derviche / Contre-pointe / Jeté.

L’escalade moderne arrive avec une nouvelle gestuelle qui révolutionne les mouvements classiques consistant à saisir la prise puis à tirer. Les prises sont plus grosses, les volumes font leur apparition et permettent aux ouvreurs d’être plus inventif. L’escalade est en 3D et demande plus de compression, de gainage, de coordination et de dynamisme. Les mouvement se font plus aériens et gymniques dont voici une liste non exhaustive : Run&Jump / Skating / Double ou triple jeté.

Conclusion :

L’ouverture doit être un moyen de faire aimer l’escalade tout en progressant grâce à des jolis voies/blocs aux mouvements variés et techniques. Les débutants ne doivent pas en être exclus même s’il est tentant de leur proposer une ouverture basique. L’escalade a l’immense privilège de procurer beaucoup de plaisir et de d’épanouissement, il faut donc veiller à le véhiculer à tous par l’ouverture.

Dans le cas où le projet d’ouverture paraît trop ambitieux, des solutions existent. Il est possible de recourir à un professionnel. Chloé Minoret s’est spécialisée dans l’ouverture de murs et blocs pour les clubs et les collectivités. Elle dispense aussi des formations pour aider les encadrants à créer des voies appropriés au niveau des pratiquants. 

Pour recourir à ses services, veuillez-la contacter sur son site :

Chloe.PNG

Cette catégorie est vide.


En savoir plus
Accepter